Contact

Au petit matin, ordre est donné à Émile de reprendre sa moto, et il est sommé de rouler devant le 4x4. Le convoi part à faible allure en direction de Tan-Tan. Mais de nouvelles chutes agaceront sérieusement le militaire, pestant contre cet engin qui n’avance pas. Il appellera par radio un autre 4x4 qui viendra récupérer la moto 2 CV.
Arrivé à Tan-Tan le 6 avril, les choses se compliquent… avec leur lot de tracasseries administratives. Chez le gouverneur de la province, un
procès verbal est établi, ainsi qu’à la gendarmerie royale. Le véhicule est mis en fourrière.

Emile a la désagréable surprise d’apprendre qu’il doit s’acquitter d’une taxe de 4 500 dirhams. Il est très mécontent car les douaniers lui avaient parlé la veille de simples formalités. Le véhicule avec lequel il se déplace est dangereux, et il ne correspond plus au descriptif de la carte grise. « Délit d'importation d'un véhicule non conforme »… En payant, il récupérera sa moto, avec toutefois l’interdiction de la conduire, et recouvrera sa liberté de mouvement.

On pourrait en dire long au sujet de cette mésaventure sur les rapports compliqués qui opposent Africains et Européens sur la question de l’argent…

Le lendemain, Emile est convoqué pour signer les formulaires de sortie du territoire, et va pouvoir repartir vers la France. Il pense revenir dès que possible récupérer la moto, mais d’ici là, il doit trouver un endroit pour la parquer. Il n’est pas question qu’il la laisse à la fourrière, ça risque de lui coûter cher, et l’endroit n’est pas gardé. Un douanier plus compréhensif que ses collègues veut bien prendre le chameau d’acier chez lui en attendant qu’il revienne au Maroc.


Un mois plus tard avec une autre 2 CV, Emile a fait 3 500 km entre Rennes et Tan-Tan pour venir récupérer la moto, démontée en 3 parties…

Depuis, le chameau d’acier-moto a connu les honneurs de la presse et participé à quelques manifestations comme le salon de l’Aventure et celui des Inventeurs de Rennes, le cinquantenaire de la 2 CV à Saint-Quentin-en-Yvelines, sans oublier les Motards ont du cœur.

Émile reviendra plusieurs fois en Afrique, et un voyage en 2006 sera une nouvelle occasion pour le docteur en mécanique africaine d’exercer ses talents en matière de transformisme sur le chameau d’acier…

 

Pour en savoir plus : récit complet et détails techniques dans 2 CV Magazine de mars-avril 2003