Contact

A peine arrivé, la gendarmerie royale lui déconseille fortement de continuer plus loin, car la zone au-delà de Tilemsem est interdite d’accès, suite à de nouveaux développements dans le conflit qui oppose depuis des années le Maroc et le Sahara occidental.
Émile doit faire demi-tour de toute évidence, et les militaires lui demandent en plus de bien vouloir prendre à bord un permissionnaire pour le ramener vers Tan-Tan.

Analysant la situation, et voyant son projet de raid contrarié, Emile évoquera un problème d’assurance qui ne lui permet pas de prendre de passager, argumentant que sa 2 CV est déjà très chargée. Il sait pertinemment qu’il est très mal vu en Afrique de ne pas prendre de voyageur à bord de sa voiture dans ces circonstances. Il jouera la naïveté et l’incompréhension en adoptant l’attitude du touriste pas vraiment au courant des usages locaux.

Émile retourne donc vers Tan-tan sous le regard contrarié et réprobateur des militaires. Il repart à bonne allure, car il craint qu’on ne le suive et il veut rester hors de portée du regard de ceux qu’il vient de laisser. Son plan est de contourner la zone en hors-piste et retrouver sa direction initiale… Au bout de quelques kilomètres, il sort de la piste sur la droite et s’élance sur un sol inégal et rocailleux.
 Au bout d’un moment, après des cahots plus forts, la voiture fait un bond et heurte brutalement un rocher. Il doit s’arrêter car la 2 CV ne répond plus très bien et pour cause. Bras de roue plié et longeron cassé…

Émile organise son campement autour de la 2 CV accidentée et réfléchit à la situation. Il est à quelques dizaines de kilomètres de Tan-tan, qu’il pourrait rejoindre à pied, mais il prend le risque d’abandonner une voiture certes en mauvais point mais pouvant toujours attirer la convoitise. Sans parler de son équipement.
Dans le désert, rien n’est définitivement perdu, surtout pour celui qui sait trouver…

Il a suffisamment de vivres et d’eau pour tenir un siège, et il prend une décision pour le moins étonnante : à partir de son épave, il va construire un engin à deux roues ! Il a soigneusement considéré un à un tous les obstacles techniques que ça comporte et ce docteur en mécanique africaine a tous les outils et les éléments pour réussir l'opération. 

Dès le lendemain matin, il commence à démonter la 2 CV, enlevant d’abord la coque qu’il utilisera comme abri contre la fraîcheur des nuits et les tempêtes de sable. Contre la brûlure du soleil, n’ayant pas de chemises à manches longues, il se confectionne des manchons avec une paire de chaussettes.